Saint Cry

Eglise Saint Pierre

Le GAP  

(Groupe d'Animation Paroissiale) de Saint-Cry organisera en 2020 

au profit de la paroisse.

un repas

le

Dimanche..... septembre 2020

à l'occasion de la

Fête du cochon rieur

Autrefois Saint Cry dépendait de la paroisse de Nivillac. En 1920, l'abbé Sébastien Béniguel arrive à Nivillac. Chaque dimanche, il trouve sa place au milieu de la population de Saint Cry. Avec le soutien des habitants, il se donne totalement à la reconstruction de l'église, la construction du presbytère (1930) devenu la maison paroissiale, rue du presbytère, sur un terrain donné par une paroissienne, de l'école (1938), du cimetière (1951) et du calvaire ((1951).

En 1939, Saint-Cry devient une paroisse et le Père Béniguel en est le premier recteur. En septembre 1966, il prend une retraite bien méritée et il s'éteint le 28 mars 1968.

Le fondateur de la paroisse n'est toujours pas oublié puisque la place de l'église porte le nom de "Place du chanoine Béniguel".

En 1924, des traces multiples de fondations sont retrouvées lors de la reconstruction de l'église rebâtie en pierre. Les pignons de la façade sont ornés à droite d'un chien de granit et à gauche d'un lion provenant de l'ancien château de Ros. La façade est surmontée d'un petit clocher en granit sur lequel est scellée une croix en fer forgé.

"La grande croix ouvragée met en valeur le clocher où une nouvelle cloche électrique baptisée Céline-Marie a été hissée en 1999".

A l'intérieur de l'église Saint-Pierre, on peut voir une statue de Sainte Anne, la Vierge et l'enfant. Derrière l'autel, se dresse un tableau de Saint Jean qui repose la tête sur l'épaule du Christ. A droite du choeur, on trouve "une statue d'un archevêque autrefois appelée "Le bonhomme Saint-Cry" qui était garnie de brassières et bonnets des petits enfants guéris des maladies de peau grâce à son invocation." 

En septembre 1938 sera inaugurée l'école actuelle "Sainte Thérèse". La première école fut construite près de la chapelle en 1867. C'était une école communale, jugée nécessaire parce que les enfants devaient faire 5 à 8 kms pour se rendre à Nivillac. Cette école était dirigée par les religieuses de Saint Jacut les Pins. En 1907, l'école est laïcisée. Elle est alors transférée au Bois-Gervais, maison de campagne de Mme Terrien de La Haye. Cette famille prête sa propriété pour recevoir sœurs et élèves. C'est en 1936 que Madame de Curzon offre un terrain pour construire une nouvelle école agrandie d'une nouvelle classe en 2019.

En 1951, le père Béniguel trouvait absolument nécessaire un cimetière à Saint Cry.

Aujourd'hui, dans un tombeau situé à côté de la croix centrale de ce cimetière, reposent Monsieur le recteur Sébastien Béniguel et Monsieur le recteur Ambroise Rio.

"Place du chanoine Béniguel "  le 15/04/2018,

50 ans après la mort du "curé bâtisseur"

"En 1960, Monsieur le recteur Béniguel réalisa sa dernière oeuvre, la construction d'un calvaire. Une table de granit de Péaule soutient une "Piéta". réalisée par Jean Fréour, sculpteur de renom auquel nous devons aussi la statue de Notre-Dame des Blés dans la chapelle Sainte-Anne.  Une grande croix et deux autres plus petites rappellent la mort du Christ et des deux larons.

La bénédiction eut lieu le dimanche 5 mars 1961 par Mgr Le Baron, vicaire général.

Chanoine Sébastien Béniguel

L'abbé Sébastien Béniguel, premier recteur de la paroisse de Saint-Cry.

L’abbé Sébastien Béniguel, originaire de Limerzel. est né le 30 novembre 1887.

Il est ordonné prêtre en 1912 puis nommé vicaire à Cruguel. Mobilisé en 1914, il est fait prisonnier et est affecté comme aumônier dans un hôpital de prisonniers. Et, c'est là peut-être qu'il acquit sa profonde expérience des malades à qui, toute sa vie, il sut si bien parler.

Arrivé comme vicaire à Nivillac en 1920, c’est lui qui est chargé de venir dire la messe chaque dimanche à la chapelle à Saint-Cry. C'est à partir de ce moment-là que l'on peut targuer l'abbé Béniguel de curé « bâtisseur ».

En 1923, M. de la Jousselandière, maire de Nivillac, fait part au clergé du projet de construction du clocher de l'église Saint-Pierre du bourg, projet approuvé d'emblée. Mais l'abbé Béniguel lui rétorque: « C'est très bien M. le maire, mais il ne faudrait tout de même pas laisser la chapelle de Saint-Cry nous tomber sur le dos un de ces quatre dimanches. Le mur sud est bien lézardé et perd de plus en plus son centre de gravité ».

Suite à son intervention, la reconstruction de la chapelle fut décidée: elle fut élargie de 2 m et la nef fut allongée de 6 m. Du fait d'une présence presque permanente à Saint-Cry, il décide de faire construire un presbytère. C'est en septembre 1930 que l'abbé Béniguel vint l'habiter en compagnie d'Ambroisine Dauce, sa dévouée servante pendant 38 ans. 

Pour l'école privée, excentrée puisqu'elle se trouvait au Bois-Gervais, il décida d'en construire une neuve près du moulin de Saint-Cry sur un vaste terrain donné par Mlle Terrien de la Haye et il est dit que « M. l'abbé Béniguel, le recteur bâtisseur, menait cette construction avec ardeur et compétence, comme précédemment celle du presbytère, secondé du reste, par quelques généreux bienfaiteurs et par tous ses paroissiens selon leurs moyens ». Elle ouvrit en septembre 1938, cela va faire bientôt quatre-vingts ans.

Même s'il résidait à Saint-Cry depuis 1930, l'abbé Béniguel ne fut officiellement nommé recteur de la paroisse qu'en 1939, le 12 mars exactement, date de son installation.  Dans son sermon, à l'adresse de son évêque, il pouvait dire: «Je vous suis reconnaissant de m'éviter la peine d'une séparation d'un lieu et d'une population pour le bien de laquelle je me suis efforcé de me dépenser sans compter depuis bientôt 10 ans. Durant cette décennie, nous avons eu le temps de nous connaître, de nous apprécier, de nous attacher, de sceller entre nous par le bois, par la pierre, par le ciment, par les services réciproques, une union et dans nos coeurs, une affection profonde que je crois durable... ». 

Il est aussi à l’initiative de la création du cimetière qui fut béni en 1951. Enfin, en 1960, il réalisa le rêve qu'il caressait depuis longtemps à savoir l'érection d'un calvaire tout en granit situé près de l’école Sainte-Thérèse actuelle. C'est en septembre 1966 qu'il démissionne de sa charge pour cause de santé et décèdera à l’âge de 81 ans le 28 mars 1968. Il est enterré dans le cimetière à Saint-Cry à l'emplacement qu'il avait lui-même choisi, près de la croix.

Texte écrit et lu par Bernard André le 15/04/2018.

Les prêtres

1939 - 1966 Père Sébastien BENIGUEL

1966 - 1991 Père Ambroise RIO

1991 - 1996 Père MENANT 

1996 - 2011 Père Francis LOISEL

                     Père GAPAIS (un an au presbytère de St Cry)                     

                     Père PONDARD

                     Père LE LABOURIER (Foyer logement de Nivillac)

2011 - 2018 Père Simon BARON

2018 - 2019 Père François-Xavier ROBERT

2019 -          Père Philippe LE BIGOT, administrateur

Le père Simon Baron recteur de 2011-2018

Dans l'église, on peut voir le chemin de croix,

Notre-Dame de Grâce et l'Enfant  et une statue de St Cry

la fête du cochon rieur

Le dimanche 15 septembre 2019 a eu lieu la deuxième fête du "cochon rieur" à Saint Cry.

La journée a commencé par la messe dominicale. Les musiciens de La Gacilly ont accompagné les prêtres et les paroissiens en procession jusqu'à l'école Sainte Thérèse où un repas les attendait. Après le verre de l'amitié, ce sont plus de 300 repas qui ont été servis. Un grand MERCI aux bénévoles orchestrés par André PEDRON.

Aussi, c'était l'occasion pour le Père Térence  Achile Anicet BESSALA de faire ses adieux à l'ensemble paroissial de la Roche-Bernard.  Bien accueilli, il dit avoir passé un séjour inoubliable à La Roche-Bernard où chaleur humaine des chrétiens, joie d'expression de leur foi et bonne organisation pastorale  lui ont donné d'espérer fortement que l'Eglise ne mourra pas ; et, même si elle meurt, elle ressuscitera. 

Pour le père Léon KERVEGUE, ce fut la rentrée pastorale sur le doyenné. Il vient aidé le Père Philippe LE BIGOT, administrateur, Nous lui souhaitons un bon séjour parmi nous.

La fête fut marquée par l'anniversaire annoncé de la doyenne de Saint Cry. Elle aura 100 ans dans un mois. Accompagnée de ses enfants, elle était heureuse et surprise de tant d'honneur. Les prêtres l'ont bénie et la paroisse lui a offert un bouquet. Elle disait n'avoir jamais eu autant d'attention.

En fin d'après-midi, la tombola et le jeu du "nombre de boutons sur la blouse" ont récompensé de nombreux participants.

Avec le soleil rayonnant, cette journée fut une très belle journée et la fête très réussie.

Nous rendons grâce à Dieu pour ces très bons moments de convivialité.

​© 2014 Doyenné de la Roche-Bernard

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus