Evènement

Avec le début du Carême,

pour cheminer pas à pas

vers Pâques

le "Jardin de Pâques" 

a été installé dans l'église

dans le  bras droit du transept.

Venez le visiter

L'ancienne ...

...et la nouvelle église Saint Gildas

Chemin de croix

Station IV :

Jésus rencontre sa Ste mère

La bannière de Saint-Gildas

La bannière de Saint Gildas a été brodée par une paroissienne pénestinoise.

Elle est portée en tête de toutes les processions. Jusqu'à une période récente, la fête de saint Gildas, le 29 janvier, donnait lieu à des cérémonies grandioses.

Certes il est encore célébré aujourd'hui mais plus modestement, tout en conservant cependant le cantique traditionnel " Gildas sous ta bannière, nous marcherons joyeux..."

d'après le livre "PENESTIN,250 an d'histoire paroissiale 

d'Alain Pérais.

Les vitraux de Saint-Gildas

L'église Saint-Gildas de Pénestin

Le 6 mai 1767, le chanoine François Duchesne, de la collégiale de Nantes, érige en paroisse indépendante les trois frairies de Larmor, Tréhiguier et le Bourg sous le vocable de "Saint Gildas".

Avec la création des départements et la fixation des diocèses par le Concordat de 1801, Pénestin devient commune du Morbihan et paroisse du diocèse de Vannes.

L'église actuelle a été construite du temps de Mr Jean-Parie Camper, recteur de la paroisse. Sa bénédiction eut lieu le 20 octobre 1880 par Monseigneur Becel entouré de la population pénestinoise.

Édifiée selon l'architecture néogotique, elle prend la place d'une église plus ancienne qui se situait dans l'actuel cimetière et qui était aussi dédiée à saint Gildas.

Inaugurée dans le pré appelé « Billy », cette église possède plusieurs statues, dont une qui représente saint Gildas, le saint patron de la paroisse.

Elle présente un porche triangulaire qui la distingue des autres églises de la région. Sur les piliers de la nef, les chapiteaux sont ornés de motifs floraux.

Les vitraux dessinés et réalisés par Monsieur Mouilleron, peintre-verrier de Bar-le-Duc (Meuse) de 1888 à 1895, illustrent la vie du Christ ou celle de saint Gildas.

Les stations du chemin de croix furent érigées le 20 février 1881 et remplacées par un nouveau le 18 décembre 1932. 7 stations ont été offertes par des paroissiens de Pénestin.

Trois cloches (Marie Marguerite de Pénestin, Louise Anne de Pénestin et Marie Joseph Thérèse Mathilde de Pénestin) furent bénites le 4 avril 1889. Elles avaient été fondues aux Ets Havard à Villedieu (Manche). En 1968, Louise Anne de Pénestin, qui était fêlée, a dû être remplacée par Modeste Marguerite de Pénestin. La quatrième, nommée Myriam, date de 1980, année des 100 ans de l'église. Elle nous arrive, tout comme Marguerite-Modeste, de la Fonderie Paccard d'Annecy.

Les deux bras du transept contiennent chacun un autel en bois du XIXe siècle. Le bas du mur du chœur est lambrissé.

Les vitraux du choeur de l'église

sont dédiés à St Gildas, le Saint Patron

de la paroisse.

L'ensemble des vitraux de l'église ont été dessinés et réalisés par les ateliers de Monsieur MOUILLERON, peintre-verrier à BAR-LE-DUC (Meuse). Un ensemble agréable !

(Dans un courrier du 22 septembre 1890, Mr Mouilleron soumet son projet des trois verrières de l'abside dédiées à Saint-Gildas, en remplacement du projet du 16 avril 1888, représentant le Evangélistes.)

1 - Au vitrail central : Saint Gildas en pied. A la main droite protectrice et bénissante. 

Il porte des vêtements simples et austères des moines. La main gauche tient la "crosse" (le bâton pastoral de l'Abbé du Monastère...)

2 - Pour son éducation et son instruction, Gildas âgé de 7 ans, heureux et joliment habillé, est confié par son père, le roi CAUNUS, au moine Saint-ILDUD, fondateur de l'importante école monastique en Cambrie, au Pays de Galles.

3 - Gildas admis au monastère a renoncé aux habits somptueux pour l'étoffe grossière de la bure et le lit de pierre. Bien que reconnu pour sa science, ses qualités et ses dons, il fait l'admiration de ses condisciples par son humilité, sa piété, sa pénitence.

4 - Gildas "perdu volontairement dans les rochers de Houat", découvert par les pêcheurs, les évangélise, les "délivre des maux"... se fait des disciples.

5 - Gildas "donne aux rois et aux princes les conseils de sagesse et de bon gouvernement,"... leur adresse aussi des reproches indignés pour les fautes à la justice, à la vertu... Au besoin, il les fait condamner pour les amener à se convertir, à s'amender en public : comme le Roi Arthur "Arthus des Chevaliers de la Table Ronde), ou le cruelle Conomor, Prince de Poher...

Les boiseries

Dans le chœur, l'abside, les chapelles latérales du Sacré-Cœur et de Notre-Dame, les boiseries de style néo-gothique appliquées au mur sont typiques des ateliers du Sud-Bretagne vannetais du XIXème siècle : colonnettes, lancettes, ogives, fleurs de lys, petits pinacles, crochets foisonnent.

A noter également : les stalles du chœur, les deux tablettes-crédence, les deux confessionnaux du transept, les deux premiers banc-agenouilloirs de la nef.

Des panneaux de la chaire ont été agencés pour créer dans le style les deux ambons pour la proclamation de la Parole (Lectures, Evangile, Homélie, Prière universelle).

L'autel majeur en bois, en forme de tombeau rectangulaire est lui aussi artistement travaillé sur les quatre côtés. Sur la façade avant, les colonnettes composites à chapiteaux, forment des niches à ogives pour cinq statuettes en bois : au centre, le Christ bénissant ; à la droite, Notre-Dame (Marie, mère de Jésus) en prière et Sainte-Anne (mère de Marie); à la gauche, Saint Joseph (époux de Marie), un lys en main et Saint Joachim (père de Marie) tenant l'offrande de tourterelles.

(d'après le livre "Pénestin, 250 ans d'histoire paroissiale".)

 

La grotte Notre-Dame de Lourdes

La croix en bois

Témoignage de la piété mariale des Pénestinois,

elle a été réalisée par des bénévoles de la Paroisse selon des plans de Monsieur Pinson.

Les pierres viennent de Pontchâteau (Le Bodio)

transportées par les tracteurs et camions.

La Grotte a été bénite le 3 mai 1970.

 

 

Sculpté à IMERINA, Hauts Plateaux du centre de Madagascar.

C’est l’œuvre d’une tribu chrétienne réfugiée dans la forêt,

les ZAFIMANIRY.

Ses bras sont démontables afin d’en faciliter le transport.

Il a été ramené de Madagascar en 1979 par François PEZET.

Don de la famille à la paroisse Saint Gildas (Pénestin) en 1980.

(en souvenir de Mr François PEZET, député du Morbihan).

Les ex-voto

La Maquette « Le Pourquoi Pas ? »

A la voûte au milieu de la nef principale est suspendue une maquette

d’un bateau  « Le POURQUOI PAS ? », ex-voto des années 1910-1920.

Travail réalisé par un marin d’état au cours de ses navigations, il en fit

don à son Commandant Pillard (décédé en 1923), lequel dans son petit appartement

de Poudrantais à Pénestin avait une collection d'une dizaine de beaux modèles réduits.

Vers 1945 sa fille, Madame Lalande fit cadeau de ce beau voilier

à Monsieur PETITBRETON, ami de la famille.

Il le fit gréer à nouveau par un gardien de phare de Saint-Nazaire, en respectant la voilure du Pourquoi Pas ?

Dans une note fournie en août 1985, Monsieur Petitbreton

(Grand magasin « Nautique » au Pouliguen) explique le don à

l’église paroissiale de Pénestin : « Mr le Recteur Geffroy qui venait

comme ami me voir à Poudrantay me le réclama pour notre

église car il n’y en avait jamais eu. Il l’emporta donc un jour de 1973.

Et notre nouveau recteur (Jean LE ROUX) a eu la bonne idée de le faire remettre à neuf, mais en lui gardant la grande allure du Pourquoi Pas ?"

Inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis le 14 janvier 1977.

Un Brig dans la tempête

Cet ex-voto a été offert par des marins. Il est situé près des fonds baptismaux.

Dédié à Saint-Anne, il porte l’inscription PPN (Priez pour nous).

Ce tableau symbolise l’impuissance des marins face aux flots

déchaînés et fait ressentir la peur d’un équipage en perdition.

Restauré en janvier 1999 par Mme Ortho de la l'atelier du Vieux Pont de Pont-Scorff.

"Le Laënnec"

Cet ex-voto, réalisé vers 1905 et installé près du baptistère, dans la chapelle Sainte Anne, a été offert par la fille de Monsieur GURIEC.

Ce trois-mâts barque « Le Laënnec »

était affrêté au transport de nitrate entre le Chili et la France.

Mr Guriec décèdera à bord de ce bâtiment au Cap Horn en 1916,

après 12 ans de commandement.

Tableau restauré en janvier 1999 par Mme Ortho.

Porté au répertoire départemental depuis le 16 novembre 1976.

Les statues

Saint Louis-Marie GRIGNON DE MONTFORT

"Statue du Père de Montfort installée dans l'église de Pénestin en 1975, en reconnaissance de la culture mariale qu'il a créée dans la région au XVIIIème, et de l'action des Filles de la Sagesse à Pénestin depuis le début du XIXème. 

Il est à l'origine de la création de cette congrégation"

D'après le livre : Pénestin, 250 ans d'histoire paroissiale.

En effet, le Père de Montfort est à l'origine de la construction du calvaire à Pont-Château terminé pour le 14 septembre 1710 mais non-autorisé.

A Pénestin, dès 1703, il fonde avec Marie-Louise Trichet la communauté des Filles de la Sagesse, consacrée aux soins des malades et à l'éducation des jeunes filles. Pénestin bénéficiera d'ailleurs de leur présence de 1815 à 1929.

(P. 20 du Chapitre 1 - Pénestin vers 1750)

 

Louis-Marie Grignion de La Bachelleraie (le père de Montfort, Montfort)

Prêtre français, fondateur des Prêtres missionnaires de la Compagnie de Marie et des Filles de la Sagesse.

Né à Montfort-le-Cane (aujourd'hui Montfort-sur-Meu), au diocèse de Rennes, le 31 janvier 1673 ; mort à Saint-Laurent-sur-Sèvre, le 28 avril 1716.

Canonisé le 20 juillet 1947 par le pape Pie XII. Fêté le 28 avril.

La "Cloche du Centenaire de l'église St-Gildas"

Travaux en l'église de Pénestin

Les travaux dans le chœur de l'église ont commencé le 4 février 2019. Ils ont duré jusqu'à Pâques.

Le parquet centenaire, au sol, a été remplacé par un travertin.

Le travertin est une roche calcaire dotée de petites cavités en surface. Dans la Rome antique et pendant la Renaissance, le travertin était choisi pour la construction d’édifices monumentaux tels que le Colisée de Rome. Aujourd'hui, on l'utilise sous forme de carreaux de carrelage pour revêtir les sols et les murs de nos maisons. Cette roche est résistante à l’eau.

A l'occasion de la remise de l'église de Pénestin, après les travaux du choeur,

en la fête de Pâquesle dimanche 21 avril 2019, à 11 h,

la messe présidée par le vicaire général, Monseigneur Philippe LE BIGOT, 

en présence du maire de Pénestin, Jean-Claude BAUDRAIS (son intervention),

a rassemblé plus de 600 personnes.

Merci aux artisans de TUAL ETRILLARD de FEREL pour la chape et la pose du travertin

et aux techniciens de AUDIO JB de LA CELLE ST CLOUD pour la nouvelle sonorisation.

Merci à l'équipe des services techniques de la commune de Pénestin et 

Michel BAUCHET, adjoint au maire,

pour toute la préparation dans la zone des travaux et la remise en état des lieux,

Merci à l'association Traditions et Patrimoine Naturel de Pénestin

et l'équipe ménage de la paroisse pour le grand "nettoyage",

Merci aux paroissiens pour leur patience et leur compréhension pendant les travaux.

Un grand MERCI à tous.

Baptisée "MYRIAM", c'est la 4ème cloche du beffroi, bénite le 7 décembre 1980.

Inscriptions sur la 1ère face :                                            1980

                                                                          Centenaire de l'église Saint-Gildas

                                                                          Mgr BOUSSARD, évêque de Vannes

                                                                   Mr Ernest GEFFROY, recteur de Pénestin

                                                                  Mr Claude CHESNEAU, maire de Pénestin

sur la 2ème face :                                                               MYRIAM

                                                                                 AVE MARIA GRATIA PLENA

                                                                             Don de la Paroisse de Pénestin

Caractéristiques : "Une cloche PACCARD, qualité "CARRILLON"

                                     Note RE dièse 3/16 bas, tracé normal, 1065 kg.

                                             (1 m 275 à la base, volée à battant lancé de 2 m 90)"

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus

​© 2014 Doyenné de la Roche-Bernard