L'église Saint-Pierre et Saint-Paul de Nivillac

Le Christ bénissant

de José de Ribéra

Retracer l'histoire de la paroisse avant le premier millénaire après Jésus-Christ est difficile. Notre région a subi l'influence des Romains et également des Bretons insulaires (Irlandais et gallois)  qui nous ont apporté la foi du Christ. Un monastère, bâti au IXème siècle, celui de Moutonnac, évangélisera toute la région. De ce lieu, il ne reste malheureusement plus rien sinon une croix au pied de laquelle demeurent les restes des derniers moines.

Le cartulaire de Redon signale, en 1063, un édifice religieux sans doute aux origines de la paroisse. Les évêques de Nantes instituent un doyenné dont ils donneront la charge au recteur de Nivillac.

Cette charge importante, bien au-delà des frontières actuelles, fera de lui le doyen avec pouvoir sur la Roche, Saint-Cry, etc. Chaque châtelain s'honorera en construisant une chapelle au Moyen Age. C'est ainsi qu'à Ros-Bodeuc, Boceret et Lourmois, on retrouve trace de cette chrétienté : bénitier, arcades, sculptures. Seul Saint-Cry va résister et devenir cette église modifiée mais authentique. En 1801, Nivillac quitte le diocèse de Nantes pour celui de Vannes ; la foi est à son apogée. On refuse même des jeunes postulants au grand séminaire de Vannes !

 

 

 

 

 

 

Nous avons connaissance de l'église d'alors. C'est un édifice massif de 12 mètres sur 30, place sous le patronage de saint Pierre et Paul. Le clocher se trouve alors à l'est. A ma connaissance, il n'en reste rien sinon deux cloches et les colonnes sous la tribune actuelle. 

Venons-en à l'église actuelle. Sa construction est décidée alors que l'ancienne s'est écroulée sous l'effet de l'humidité. Le chantier est confié à l'entreprise Ricordel. On est très ambitieux, la foi n'a pas de limite, ni la hauteur du clocher. Les finances et les difficultés feront que, inaugurée en 1902, cette église n'aura son clocher qu'en 1929. Depuis 1906, le bâtiment - et tout ce qui y est fixé à l'intérieur - appartiennent à la commune.

Cette église contient quelques trésors : plus de 30 vitraux que l'on doit au verrier Job Guével de Pont-Aven, posé en 1961 sur ordre du recteur Le Breton. Le travail du choeur est celui du père. On y reconnaît les symboles de l'eucharistie tandis que les vitraux de la nef, posés par le fils, Michel Guével, reprennent les symboles de la litanie de la Vierge. Ces plaques de verre brisé permettent à la lumière de les traverser et donner des couleurs magnifiques.

Dans les années soixante-dix, le recteur Barbier installe, après Vatican II, un autel en granite de Lizio répondant aux normes du concile. Plusieurs éléments du mobilier (calice, ciboire, patène) ont été classés ainsi que deux statues : Saint Isidore et saint Cornély.

Autre élément particulier, un orgue à tuyaux : "Le Logeais - 1858 - facteur d'orgues Crambert étant recteur", nous dit l'écriteau apposé sur le buffet. Expertisé, restauré puis modifié, il sera descendu et placé comme un orgue de choeur dans le transept nord. Il reste à le compléter par un jeu de 16 pieds qui était prévu dans le projet.

Mais l'élément qui vient d'enrichir notre église, notre commune est surtout les affaires culturelles, c'est le tableau intitulé Le Christ bénissant de José de Ribera (1607). Un véritable trésor d'une très grande valeur marchande et artistique. Ce tableau du XVIIème siècle a été expertisé en 2012 par Le Louvre et restauré par une artiste polonaise, Mme Justyna Verdavaine, grâce à des dons. Il est arrivé à Nivillac en 1909 dans les mains du Père Boeffaid. Exposé un peu partout en France, il est visible au Musée de Rennes.

Ce bref récit nous rend admiratif de la foi de nos ancêtres qui ont su exprimer là toute leur générosité.

Paul Rubaud

N.B. : sources bibliographiques : cartulaire de Redon - cartulaire de Montonnac - la Baronnie de La Roche Léon Maître - Histoire de la Roche Le Breton Le Ruycard - Missillac de Grayo

arch diocésaine - catalogue expo Contemplations - Archives paroissiales - Histoires des chapelles et églises Carlier Hazo - Carnet du centenaire - catalogue expo Ribéra à Rome - archives diocésianes.

L'écho de la Vilaine Bimestriel - Janvier-Février 2020 - n° 49

ancienne_église_Nivillac.gif

Les prêtres

Liste des recteurs de Nivillac :

  • 1800 - 1830 : Père Saulny

  • 1830 - 1852 : Père Gergaud

  • 1852 - 1861 : Père Crambert

  • 1861 - 1875 : Père Mouillard

  • 1875 - 1875 : Abbé Orhand

  • 1875 - 1878 : Père Lefort

  • 1878 - 1897 : Père Jean Gougeon

  • 1897 - 1906 : Père Théodore Eveno

  • 1906 - 1912 : Père Ernest Magnin

  • 1912 - 1936 : Père Victor Boschet

  • 1936 - 1946 : Père Prosper Boulot

  • 1946 - 1963 : Père Calixte Le Breton

  • 1963 - 1978 : Père Alfred Barbier

  • 1978 - 1996 : Père Menant

  • 1996 - 2011 : Père Francis Loisel

  • 2011 - 2018 : Père Simon Baron

  • 2018 - 2019 : Père François-Xavier Robert

  • depuis 2019 : Père Philippe LE BIGOT, administrateur

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus

​© 2014 Doyenné de la Roche-Bernard